Fièvre chez le chien : que savoir et comment réagir ? - ADVANCE

Fièvre chez le chien : que savoir et comment réagir ?

La fièvre chez le chien peut apparaître pour de nombreuses raisons. De même que pour les humains, il s’agit d’une manifestation qui indique que les mécanismes de l’organisme se sont activés face à des agents responsables. La température normale d’un chien adulte oscille entre 37,8 et 39,2 degrés et lorsqu’elle dépasse ce niveau, on est en présence de ce que l’on appelle le syndrome fébrile ou la fièvre. Mais ces données peuvent varier en fonction de l’âge, de la race ou des caractéristiques individuelles de chaque chien.

Mais alors, devriez-vous être inquiet si votre chien présente de la fièvre ? Cela dépend de la température, de ce qui provoque la fièvre et des symptômes associés à d’éventuelles maladies. Ainsi, il est important de faire une évaluation adéquate pour pouvoir distinguer les situations qui nécessitent une action rapide des situations moins urgentes.

FIÈVRE CHEZ LE CHIEN : MÉCANISME D’ACTION ET CAUSES

 

La thermorégulation est chargée de maintenir notre température corporelle à un certain niveau constant et en équilibre. C’est aussi le cas pour les chiens. Lorsque cette température dépasse ce seuil, il s’agit du syndrome fébrile ou la fièvre. La température normale d’un chien adulte oscille entre 37,8 et 39,2 degrés. Mais cela peut varier en fonction de l’âge, de la race ou des caractéristiques individuelles de chaque chien. Par exemple : les chiots nouveau-nés ont une température qui oscille entre 34,4 et 36,1 degrés, alors que ceux qui ont plus de quatre semaines ont une température de 37,8 degrés.


L’hypothalamus est la zone du cerveau dans laquelle se situe ce thermorégulateur du corps, et il est en charge d’activer ce mécanisme de compensation en fonction de la situation. Par exemple :

  • Lorsque la température corporelle est supérieure à la normale, les mécanismes de dissipation de la chaleur s’activent : le halètement, la vasodilatation, les changements de position et la transpiration contribuent à faire baisser la température corporelle. 

  • Lorsque la température corporelle est inférieure à la normale, les mécanismes de production de chaleur s’activent pour aider à faire remonter la température corporelle : augmentation de l’activité musculaire (tremblements) et du métabolisme, de même que la vasoconstriction, l’horripilation ou les changements de position.

Causes les plus répandues de fièvre chez le chien

 

L’apparition de la fièvre chez le chien peut être due à des agents externes d’origine microbienne (virus, bactéries, champignons, levures) ou non microbiennes (hormones, médicaments, complexes immuns). Ces agents externes forment des substances internes appelées cytokines, qui donnent lieu à une réponse du système immunitaire. C’est-à-dire qu’elles modifient la température de référence et la font monter. L’objectif du système immunitaire est d’éliminer de l’organisme ces agents pathogènes en activant les mécanismes de production de chaleur. Une fois qu’il y parvient, la température revient à son niveau normal. 

La cause la plus fréquente de la fièvre chez le chien est de nature infectieuse, mais elle peut également être due à des causes inflammatoires et immuno--médiées, néoplasiques et mixtes. Par ailleurs, il existe un faible pourcentage de cas pour lesquels on ne peut pas déterminer la cause, ce que l’on appelle la fièvre d’origine indéterminée ou idiopathique.

COMMENT SAVOIR SI MON CHIEN A DE LA FIÈVRE ET COMMENT RÉAGIR ?

 

Un chien en état fébrile peut présenter d’autres symptômes, en plus d’une température corporelle élevée :

  • État général apathique, léthargie et somnolence.

  • Augmentation de la fréquence cardiaque et respiratoire. 

  • Perte d’appétit et soif (anorexie et déshydratation).

  • Faiblesse et perte de la condition corporelle. 

  • Convulsion ou choc.

  • Symptômes caractéristiques d’une maladie, comme la toux, les vomissements, la diarrhée, les hémorragies, etc.

 

Si vous pensez que votre chien a de la fièvre, la meilleure manière de le vérifier est de prendre sa température rectale à l’aide d’un thermomètre digital. D’autres paramètres, comme observer qu’il a le museau chaud ou sec ne s’avèrent pas du tout fiables. Si vous avez besoin d’aide, vous pouvez demander à votre vétérinaire de vous montrer comment procéder à cette vérification. 

 

Chez le chien, une température située entre 39,3 et 40,5 degrés est considérée comme une fièvre légère ou modérée, alors que quand elle se trouve entre 40 ,5 et 41,6 degrés, il s’agit d’une forte fièvre. La fièvre légère ou modérée ne doit pas être traitée parce qu’elle a une fonction défensive.

  • Si vous n’observez pas d’autres symptômes, contrôlez l’évolution de votre chien pendant 2 ou 3 jours et assurez-vous qu’il a un bon apport nutritionnel et qu’il est bien hydraté. 

  • Toutefois, s’il s’agit d’un syndrome fébrile prolongé, avec des températures élevées ou d’autres symptômes, la santé de votre chien peut être en danger. Une visite chez le vétérinaire sera dès lors plus que justifiée.

Pendant les épisodes fébriles, il n’est pas recommandé d’essayer de faire baisser la température de manière drastique, puisque cela peut aggraver le tableau clinique de la maladie. Toutefois, il peut être utile d’appliquer des linges humides avec de l’eau tiède sur des zones comme l’intérieur des cuisses, les aisselles ou l’abdomen. D’un autre côté, il est important de distinguer un épisode fébrile de ce que l’on appelle l’hyperthermie non fébrile. La hausse de la température corporelle est présente dans les deux cas, mais ils ont des causes et des conséquences différentes. 

 

Lorsque la température corporelle de votre chien est supérieure à 41,6 degrés, il s’agit d’une hyperthermie. C’est une situation extrêmement urgente parce que des températures aussi élevées peuvent causer des dommages irréversibles aux structures et aux fonctions cellulaires. Cela peut mettre en danger la vie de votre chien. Un coup de chaleur, le syndrome brachycéphale, le status epilepticus ou des désordres métaboliques comme l’hyperthyroïdie sont des exemples pouvant conduire à l’hyperthermie. 

 

Contrairement aux cas d’épisodes fébriles, dans les cas d’hyperthermie non fébrile, l’objectif est de favoriser le transfert de chaleur avec un refroidissement rapide et efficace. Les bains d’eau froide au tuyau d’arrosage, dans une piscine ou dans la baignoire, ou l’utilisation de courants d’air ou de ventilateurs, peuvent donner de bons résultats. Cependant, il est important de vous rendre chez le vétérinaire le plus rapidement possible. 


La fièvre chez le chien est un mécanisme défensif de l’organisme, il faut donc en valoriser l’utilité. Toutefois, en cas de doute, il est recommandé de contacter votre vétérinaire pour qu’il vous guide de manière adaptée et que vous ne mettiez pas en danger la santé de votre chien. D’un autre côté, il ne faut jamais donner à un chien des médicaments pour humains sans la supervision d’un vétérinaire. La dose et la métabolisation de ces médicaments sont différentes chez les chiens, les conséquences pourraient donc être irréversibles.

Découvrez la nourriture idéale pour votre chien

Commencer le test

Articles qui peuvent
vous intéresser