Fonction du jeu dans le développement des chiots


Fonction du jeu dans le développement des chiots

Techniquement, le jeu est toute activité motrice qui semble n’avoir aucun sens et qui se compose d’une série de comportements qui proviennent d’autres contextes, comme l’accouplement ou la chasse, et qui, dans le cadre du jeu, semblent altérés en termes de forme, d’intensité ou de séquence. Dans le cas d’un chien qui poursuit une balle, la persécution provient de la conduite prédatoire, mais le stimulus que cela provoque n’est pas une véritable proie et les mouvements sont souvent exagérés par rapport à un contexte de chasse.

Les chiens sont généralement très motivés pour rechercher des compagnons de jeu ou jouer avec des objets, et cette prédisposition se maintient, comme dans le cas des personnes, tout au long de la vie du chien avec un pic lors de l’enfance et de l’adolescence. Il s’agit d’un effet du processus de domestication qu’a souffert l’espèce canine et qui a déterminé la rétention de certains caractères juvéniles à l’âge adulte (ce phénomène s’appelle la néoténie). En effet, chez la plupart des mammifères sauvages, le jeu se limite quasi exclusivement à l’étape infantile. Toutefois, le jeu est une activité qui implique un coût énergétique et qui comporte également un risque de blessure, ce qui peut se produire si l’animal ne calcule pas bien ses mouvements ou n’interprète pas correctement les signaux émis par l’autre individu. Pourquoi les chiens jouent-ils ?

Malgré l’apparent manque de fonction, il existe plusieurs hypothèses sur les bienfaits que pourrait procurer le jeu au cours du développement d’un chiot. L’une des hypothèses les plus répandues consiste à penser que le jeu sert à préparer l’animal à la vie adulte, lui permettant de pratiquer les capacités motrices dont il aura besoin une fois adulte pour chasser ou s’accoupler ainsi que les comportements agnostiques et d’apaisement qui l’aideront à gérer les conflits sociaux et à établir des relations hiérarchiques. Le jeu améliore également la compréhension des signaux de communication émis par le compagnon de jeu et approfondit la relation entre les individus qui jouent, que ce soit un chien ou une personne. En jouant avec la mère et les frères, le chien apprend à inhiber le fait de mordre et généralement, les chiens qui sont séparés de leur mère très tôt (avant 7 semaines) tendent à mordre plus fort et à jouer de manière plus brusque. Le jeu peut également servir d’entraînement physique, tout en permettant de pratiquer d’une part la coordination motrice et en favorisant d’autre part le développement de certaines structures nerveuses, comme le cervelet (sollicité dans le maintien de l’équilibre), des masses musculaires et des connexions entre le système nerveux et les muscles. Grâce au jeu, l’animal explore ses limites et ses capacités, acquiert la flexibilité physique et mentale, et s’entraine à vivre des situations imprévisibles. Ainsi, lors du jeu, les animaux se mettent dans des situations où ils ne sont pas à leur avantage qui leur permettent d’explorer les possibles stratégies pour se sortir d’une situation difficile, mais dans un contexte sans risques réels.

En plus des fonctions propres du jeu, le maître peut l’utiliser comme outil dans le dressage du chiot afin de lui enseigner à contrôler ses émotions, à tolérer la frustration et à faire des pauses pendant le jeu, apprenant ainsi à contrôler le niveau d’excitation. La nature agréable du jeu permet de l’utiliser comme récompense des comportements souhaités du chien que nous voulons renforcer. De plus, une étude a démontré qu’après une session de jeu, les chiens affichent des niveaux d’attention supérieurs envers le maître et si le dressage a lieu juste après, la session n’en sera que plus efficace. Le jeu est également utilisé pour mesurer le bien-être du chien. Chez les animaux malades, affamés, qui vivent dans des environnements inadaptés ou qui sont en situation de stress chronique, l’un des premiers comportements qui disparaissent est le jeu, dont la baisse de la fréquence peut être liée à une baisse du bien-être de l’individu.

Le jeu étant fondamental au bon développement des chiots, tous ces aspects soulignent l’importance de fournir des occasions de jeu adaptées pour les chiots et pour les chiens adultes.