La mise bas idéale pour votre chienne


La mise bas idéale pour votre chienne

La mise bas d’une chienne est laborieuse, mais la nature est bien faite et la mère sait ce qu’elle doit faire. Il suffit de préparer un espace dans lequel la chienne se sente à l’aise pour mettre bas, des serviettes propres si besoin, de s’assurer que tous les chiots sont sortis et de surveiller la température de la chienne. Il est également préférable d’avoir le numéro de téléphone des urgences vétérinaires à portée de main en cas de complications.

La première étape consiste à se préparer. En effet, à partir du jour de la saillie, il faut compter entre 55 et 65 jours pour la mise bas même si, bien entendu, ces dates sont approximatives et chaque gestation est différente. Pour la mise bas, il est conseillé de préparer un panier adapté à la taille de la chienne avec de vieux journaux propres ou des couvertures dans un coin isolé du remue-ménage quotidien de la maison.

Il est difficile de deviner quel jour la chienne va mettre bas, mais plusieurs signes indiquent que le moment approche. Il est possible qu’elle essaye de s’isoler ou au contraire, qu’elle cherche votre soutien beaucoup plus qu’à la normale, que sa température corporelle descende en dessous de 37 ou 37,5 degrés deux jours avant la mise bas, qu’elle arrête de manger et même qu’elle vomisse, et qu’elle s’approche du lieu préparé et le retourne sans cesse.

Une fois la mise bas commencée, la meilleure chose à faire est de laisser faire la nature et que la chienne expulse les chiots d’elle-même. Lorsqu’elle perd les eaux, il est important que le premier chiot apparaisse rapidement, et une fois né, la mère lui coupe le cordon ombilical et le lèche pour qu’il respire. Le reste de la portée arrive à intervalles réguliers, et pour s’assurer qu’ils sont tous sortis, il faut palper le ventre de la chienne.

En naissant, les chiots sont sourds et aveugles, et c’est la mère qui les place pour qu’ils puissent la téter. C’est uniquement dans le cas où un chiot n’arrive pas à téter que vous pouvez le prendre pour l’aider à atteindre la mère. Au cours des premières semaines, elle se charge de les protéger, de leur fournir de la chaleur et de les stimuler pour qu’ils fassent leurs besoins. Les premiers jours, il est conseillé de tenir les enfants à l’écart, surtout s’ils sont petits.

Parfois, comme en cas de grande portée ou si la mère est malade, un chiot a besoin d’être alimenté au biberon. Il est important d’utiliser du lait artificiel de chienne, disponible dans les magasins spécialisés. Au cours de la première semaine, le chiot a besoin de 15 prises quotidiennes, et à partir de la deuxième, le nombre de prises nécessaires diminue et atteint 8 prises. Les prises de nuit s’espacent également.

C’est pourquoi, comme pour la naissance d’un nouveau membre de la famille, il faut être préparé et connaître la démarche à suivre. Il faut observer le comportement de votre chienne, lui aménager un espace pour mettre bas et laisser son instinct maternel faire son travail, tout en vous assurant que tout se passe bien. Au fur et à mesure que les chiots sortent, assurez-vous que la mère leur coupe le cordon, qu’ils respirent et qu’ils tètent. À partir de là, le mieux est de la laisser tranquille pour qu’elle puisse s’occuper de ses nouveau-nés pendant leurs premières semaines.