L’Alzheimer des chiens


L’Alzheimer des chiens

Syndrome

Le nom technique est le Syndrome de dysfonction cognitive, mais de nombreux maîtres le connaissent comme l’Alzheimer des chiens, responsable des changements très marqués dans le comportement et les capacités cognitives de certains chiens à un âge avancé. Ce syndrome cache un intense processus de dégénération du système nerveux central qui n’a rien à voir avec la détérioration cognitive normale que connaissent de nombreux chiens âgés.

 

Signes

Au début, les changements dans le comportement sont « subtils » et peu spécifiques, et ne provoquent pas l’inquiétude du maître qui les attribue au vieillissement normal de l’animal : le chien peut être moins actif, moins jouer et interagir avec son environnement social, et se montrer plus anxieux qu’avant. Ces signes passent souvent inaperçus jusqu’à ce que des altérations plus évidentes se produisent, regroupées en quatre catégories : altération des relations sociales, altération du cycle sommeil-veille, désorientation, perte de mémoire et retard dans l’apprentissage. Du point de vue social, un chien atteint du syndrome de dysfonction cognitive diminue généralement l’interaction avec le maître, est moins intéressé par les caresses ou le jeu, réalise moins de rituels de salut et montre moins d’excitation avant de sortir en promenade. L’altération du cycle sommeil-veille est détectée lorsque le chien se réveille la nuit et dort plus dans la journée. La désorientation peut faire que le chien « se perde » dans la maison ou dans un autre lieu familier, déambule sans objectif clair, reste « bloqué » derrière un objet sans savoir comment en faire le tour ou peut rester avec le regard fixe sur un point précis. La perte de mémoire et le retard dans l’apprentissage sont souvent détectés lorsque le chien arrête d’effectuer des exercices familiers, commence à uriner et/ou déféquer à la maison, ne reconnait pas les personnes ou les animaux qui font partie de son environnement, ou a des difficultés à apprendre de nouvelles choses.

 

Comportement

Toutefois, les chiens affectés ne sont pas touchés par tous ces symptômes, mais chacun possède son propre ensemble d’altérations du comportement qui se détériorent avec le temps. Les chiens peuvent développer cette maladie à partir de 7 ans et selon les statistiques, jusqu’à 35 % des chiens âgés pourraient être affectés, en tenant compte du fait qu’il s’agit d’une pathologie sous-diagnostiquée.

 

Diagnostic

Actuellement, le seul diagnostic du syndrome de dysfonction cognitive qui peut être effectué par le vétérinaire est de type présomptif : cet examen consiste à écarter les pathologies organiques qui pourraient justifier les changements dans le comportement (comme les maladies dégénératives, les  tumeurs et la diminution des sens), et à analyser en détail les changements de comportement identifiés par le maître pour différencier les changements liés au syndrome de dysfonction cognitive des autres problèmes du comportement qui n’ont aucun lien avec le vieillissement.

 

Routine

Une fois diagnostiquée, cette pathologie ne peut pas être soignée. Cependant, il existe différentes options pouvant ralentir le processus dégénératif et améliorer la qualité de vie de l’animal tout en allégeant les inquiétudes du maître. Des médicaments, des nutraceutiques, des régimes spéciaux et de nouvelles règles peuvent être prescrits, comme mettre en place un programme fixe de repas et de promenades, éviter les changements dans la maison et lui apprendre de nouveau avec patience et de nombreuses récompenses les habitudes perdues.

 

Mesures

Bien que cela soit de simples mesures palliatives, ces options peuvent ralentir le cours de la maladie et sont plus efficaces lorsque le problème est diagnostiqué à sa phase initiale. Il est donc très important que le maître d’un chien âgé qui détecte un changement dans le comportement de son animal consulte son vétérinaire le plus rapidement possible.