Les chiennes et la perturbation hormonale


Les chiennes et la perturbation hormonale

Si vous voulez faire saillir une chienne, il faut étudier ses cycles pour déterminer les jours appropriés, qui varient selon la nature de chaque animal. Il faut noter la date des premières chaleurs pour pouvoir ensuite déterminer les suivantes. Même si les tendances sont les mêmes, indépendamment de la race ou de la taille, les chaleurs se manifestent différemment chez chaque animal. De plus, ce suivi permet de voir s’il existe des anomalies ou des troubles des cycles.

Un examen physique des parties génitales par un vétérinaire permettra de découvrir une anomalie provoquant des cycles courts. Les problèmes hormonaux, en revanche, ne peuvent pas être détectés à l’œil nu.

Il faut tout d’abord trouver l’origine de la dysfonction sexuelle de la chienne. Les troubles de ses cycles sexuels peuvent avoir différentes causes, notamment un développement insuffisant des organes génitaux ou des problèmes hormonaux.

L’exemple de l’hypersexualité se produit lorsque la période entre deux chaleurs est de plus en plus courte. Même si la chienne est stérile, la durée des chaleurs est plus longue. Il s’agit d’un problème très étrange et peu commun. Il faut surveiller la chienne, car l’hypersexualité entraîne également des troubles du comportement et, si cela s’aggrave, cet état peut devenir quasi permanent.

Les cycles courts ou l’hyposexualité sont un autre problème. Une infection des ovaires peut entraîner ce trouble qui, bien souvent, est associé à l’obésité. Dans ce cas, les chaleurs sont courtes et parfois totalement absentes, ce qui entraîne la stérilité de la chienne.

S’il n’y a aucun problème, la chienne a deux cycles par an. Un cycle normal comporte trois phases, bien qu’il y en ait une quatrième qui, en réalité, se traduit par le repos de l’activité sexuelle jusqu’au début d’un nouveau cycle.

La première s’appelle pro-œstrus et dure de 7 à 21 jours. La vulve gonfle, la chienne perd du sang et commence à attirer le mâle, même si elle refuse encore qu’il la saillisse. L’œstrus dure de 2 à 5 jours. L’ovulation se produit entre le troisième et le cinquième jour à partir du début de cette phase. La vulve continue à gonfler, mais les pertes de sang diminuent et la chienne accepte d’être saillie. La troisième phase est le métœstrus, qui dure de 100 à 140 jours pendant lesquels la chienne refuse d’être saillie. Si la chienne a été fécondée, la gestation a lieu au cours de cette phase. Après le métœstrus, l’anœstrus, phase de repos de l’activité sexuelle de la chienne, commence et sa durée est variable

Comme vous pouvez le constater, il est indispensable de suivre de près les cycles sexuels de votre chienne, aussi bien pour la faire saillir que pour découvrir des troubles potentiels.