Les chiens à l’expression coupable et au mauvais comportement


Les chiens à l’expression coupable et au mauvais comportement

Dans l’étude du comportement, on devrait toujours appliquer ce que l’on appelle le « principe de la parcimonie ». Autrement dit, s’il y a deux explications ou plus d’un même événement, on devrait toujours choisir la plus simple. Dans ce cas, penser que le chien se cache parce qu’il se sent coupable signifie reconnaitre que les chiens possèdent des émotions complexes (comme la culpabilité, la jalousie et l’orgueil) et un code moral qui leur permet de faire la différence entre le bien et le mal. Toutefois, la réaction du chien peut avoir une explication beaucoup plus simple.

Lorsqu’un chien se sent menacé, il peut adopter une série de comportements de peur et de soumission. Dans cette situation, la colère du maître lorsqu’il découvre l’urine sur le sol peut être perçue via un sourcil froncé, les muscles tendus, un timbre de voix grave, etc. Ce sont tous des signes clairs de menace propres à l’espèce humaine auxquels le chien peut répondre par des signes de soumission ou de peur propres à l’espèce canine,

La peur et la culpabilité sont différentes. La peur est une émotion basique, commune à tous les animaux, qui se produit lorsqu’un danger est perçu, tandis que la culpabilité est une émotion complexe qui se produit lorsque l’individu réalise une transgression des normes. Une récente enquête a confirmé que l’expression du chien que les maîtres identifient comme « admission de culpabilité » n’est rien d’autre qu’une réponse innée ou acquise au comportement du maître et n’est pas liée au respect des normes imposées.

Concernant la scène décrite au début, de nombreux maîtres racontent comment le chien se cache avant qu’ils ne détectent l’urine, autrement dit avant qu’ils ne se mettent en colère. Dans ce cas, le chien ne répond pas directement aux signes de colère du propriétaire, mais il les anticipe. Dans le passé de ce chien, il est probable qu’il y ait eu des épisodes de menaces et de punitions dans des situations similaires. De cette manière, lorsque le chien reconnait la situation (« le maître rentre à la maison » et « il y a de l’urine sur le sol »), il a déjà prévu que quelque chose de désagréable était sur le point de se passer ; il a peur et se cache. En effet, dans les foyers où il y a plus d’un chien, si tous les chiens ont été punis par la présence d’une flaque d’urine, non seulement le chien « coupable », mais également tous les autres peuvent avoir peur en prévision de la punition.

Jusqu’à maintenant, il n’a pas été démontré que les chiens pouvaient éprouver un sentiment de culpabilité. Pour certains maîtres, l’« admission de la faute » du chien rend légitime l’utilisation de la punition, car cela implique que l’animal a désobéi volontairement aux normes. Pour le chien, il peut donc être très important que le maître comprenne la différence entre la peur et la culpabilité et sache que derrière l’« expression de culpabilité » se cache un animal qui a peur et qui répond à une menace sociale.