Haut

C’est décidé : après mûre réflexion, vous avez choisi d’accueillir un chien chez vous. Après avoir trouvé celui qui vous correspondait le mieux en fonction de votre caractère et de votre mode de vie, vous vous êtes tourné(e) vers un élevage, un refuge, une animalerie ou encore un particulier...

Maintenant que votre futur chien s’apprête à découvrir sa nouvelle vie, il est temps pour vous de songer aux premiers préparatifs. Voici donc quelques conseils pour que l’arrivée de ce nouveau membre de la famille se passe au mieux.

1. L’installation du chien
Si vous avez choisi un chiot, il vous faut dans un premier temps vous mettre à sa place : il va sûrement quitter sa mère, ses frères et sœurs et se retrouver dans un environnement inconnu. Déboussolé, il risque d’être effrayé, de même que le chien adulte nouvellement recueilli qui aura peut-être vécu un passé douloureux. Dans les deux cas, votre rôle consiste alors à lui apporter du réconfort pour qu’il se sente en sécurité.
Lorsque le chiot ou chien adulte arrive dans sa maison, il faut le laisser découvrir son environnement. Posez-le au sol et laissez-le agir : ne le forcez pas à vous suivre ou à visiter votre habitat. Il doit y aller à son rythme ! Proposez-lui ensuite un endroit tranquille qui sera « sa place » : un panier, un tapis, un coussin ou une couverture placé(e) dans un endroit calme de la maison où il n’y a pas trop de passage et qui ne présente pas de danger pour lui. Aussitôt que possible, incitez-le à aller de lui-même à aller à « sa place » en lui donnant une récompense à chaque fois qu’il s’y rend.
Le chien ne doit cependant pas rester constamment à « sa place ». Il doit avant tout rester auprès de son nouveau maître dont le rôle est de l’apaiser face à ces bouleversements. S’il s’agit d’un chiot, il risque de pleurer ou de gémir : il faut donc que vous créez un lien qui lui permette de comprendre que sa nouvelle famille, c’est vous. Câlinez-le, parlez-lui, prenez une voix enjouée et joyeuse.
 

2. Apprendre le détachement
Toute la difficulté des premiers jours avec son chien consiste à trouver le juste équilibre entre l’affection et l’autorité. Tout en apportant de l’amour et de la tendresse à votre chien, vous devez aussi lui imposer des limites dès le départ. Aussi, vous ne devez pas répondre à toutes ses sollicitations et céder dès qu’il se met à pleurer, faute de quoi il deviendra vite capricieux et pourra souffrir d’hyper-attachement (les chiots qui n’ont pas été correctement sevrés y sont prédisposés et associeront leur maître à leur maman).
C’est d’ailleurs la raison pour laquelle vous devez lui apprendre le détachement : vous devez avoir l’initiative des caresses et ne pas le laisser vous « coller » en permanence. Apprenez-lui la solitude et l’indépendance en le laissant seul de plus en plus longtemps (cinq minutes, puis dix, puis vingt, etc.). Ainsi, lorsque vous partirez travailler et qu’il devra rester seul plusieurs heures, votre chien ne souffrira pas d’anxiété de séparation.

3. Soyez patient
Bien sûr, vous n’êtes pas à l’abri de quelques nuits difficiles où votre chien passera des heures à pleurer. Armez-vous de patience et ne cédez pas : il finira par comprendre.
De même, il vous faudra prendre du temps face aux bêtises : votre chien aura certainement tendance à détruire, voler ou à faire les poubelles. A vous de commencer à lui apprendre les bases de l’éducation en étant ferme, cohérent et en vous basant sur le renforcement positif (félicitez-le à l’aide d’un jouet ou d’une friandise lorsqu’il adopte le bon comportement).
Il ne sera pas propre tout de suite, et il faut donc vous attendre à devoir nettoyer les pipis et crottes qu’il pourra laisser sur votre tapis. Sortez-le très souvent (toutes les deux heures pour un chiot) afin de lui apprendre la propreté.

4. Une alimentation adaptée
En plus de son lieu de couchage, votre chien doit toujours avoir à sa disposition une gamelle d’eau. Il faut également penser à son alimentation, qui doit être adaptée à son âge et sa taille. Jusqu’à trois mois, les chiots doivent manger trois fois par jour, puis deux fois jusqu’à sept mois. Ensuite, vous pouvez passer à un seul repas par jour ou bien diviser sa ration quotidienne en deux. Dans tous les cas, ne lui laissez pas de nourriture à volonté, et s’il refuse de manger, retirez sa gamelle au bout de vingt minutes sans lui proposer d’autres menus… Votre chien, même gourmet, ne doit pas faire de caprices alimentaires !

Pour améliorer votre complicité, n’hésitez pas à jeter un coup d’œil à toutes nos astuces pour rendre votre chien heureux !

A lire sur le même thème : 5 règles pour une cohabitation heureuse avec son chien

 

Contactez-nous
Appelez-nous au 08 00 90 11 01