Haut

Nos petits compagnons à quatre pattes deviennent bien souvent des membres à part entière de notre famille. Durant des années, ils nous apportent de la joie et des moments inoubliables. Alors, lorsque l’un d’entre eux nous quitte, la peine est parfois difficile à surmonter. Pourquoi le deuil d’un animal est-il si difficile? Comment supporter cette absence soudaine?

Le récent livre du Dr. Frantz Cappé, «Mon chien, mon chat va partir», publié aux Éditions Albin Michel, relance depuis quelques semaines le grand sujet du deuil d’un animal. Ceux qui n’ont pas eu la chance d’avoir d’animaux dans leur vie sont souvent assez étonnés de voir à quel point la perte d’un animal peut être difficile. En effet, faire le deuil de son chien ou de son chat n’est pas chose aisée, et l’on se sent bien souvent inconsolable après leur disparition. Retour en quelques points sur le travail du deuil d’un animal.

Un processus identique à celui de la perte d’un être humain

Lorsqu’un animal s’en va, on entend bien souvent les possesseurs évoquer le fait qu’ils ont perdu «un membre de leur famille». La peine est parfois si forte, que certains tentent de se cacher, ou bien ont honte de montrer leur tristesse devant les autres. L’incompréhension des gens qui ne considèrent ces compagnons de vie «que» comme des animaux peut parfois être difficile à surmonter. Pourtant, ce chien ou ce chat a fait partie intégrante de votre vie, et vous avez développé une relation fusionnelle, parfois plus forte que des relations entre humains. De plus, le processus du deuil sera exactement le même que lorsque l’on est confronté au décès d’un humain:

  • le déni
  • la colère
  • l’angoisse
  • la tristesse
  • et enfin l’acceptation

Chacune de ces étapes se constate lors de la perte d’un animal. Paula, qui a perdu ses deux chiens il y a environ 2 ans, à quelques mois d’écart, explique d’ailleurs son ressenti à travers ces 5 étapes: «D’abord, on m’a annoncé à chaque fois par téléphone que mes chiens étaient partis. Les deux étaient âgés et malades, mais je ne pouvais pas y croire. Je pleurais toutes les larmes de mon corps, et surtout, je m’en voulais de ne pas avoir pu être là lors de leur départ (mes chiens étaient restés chez mes parents). L’un d’eux avait été piqué, et j’en voulais presque à mes parents de ne pas m’avoir attendue pour le faire (ce qui était stupide, évidemment). Au travail, je me cachais pour pleurer, car j’avais peur que mes collègues se moquent. Pourtant, un jour, je me suis confiée à l’une d’entre elle, et je me suis sentie plus légère. Les 4 premières étapes se sont un peu mélangées, mais la tristesse est encore présente après plus d’un an et demi. D’ailleurs, mes parents ont repris un chien, mais je n’arrive pas à m’y attacher. J’en pleure encore rien que d’en parler». Il semblerait donc que Paula n’ait pas encore tout à fait passé le stade de l’acceptation.

L’acceptation, un délai plus ou moins long selon les gens

Certaines personnes passeront le cap de l’acceptation beaucoup plus vite qu’ils ne le croient. D’autres, comme Paula, pourront mettre des années avant d’admettre que leur chien est parti, et qu’il va falloir passer à autre chose (sans pour autant oublier ses animaux). Le Dr. Frantz Cappé évoque d’ailleurs l’acceptation comme un «processus de cicatrisation naturel qui laisse une cicatrice en soi à tout jamais, mais dont la plaie n’est plus douloureuse». Dans tous les cas, il faut laisser du temps au temps. Ou tenter d’accepter la mort de son compagnon grâce à d’autres techniques.Surmonter sa tristesse grâce à plusieurs techniques

Extérioriser sa peine et en parler peut véritablement aider à surmonter sa tristesse. Beaucoup de gens ont un jour perdu leur petit compagnon, et vous pourrez trouver une oreille attentive que ce soit sur des forums, ou dans votre entourage.

N’oubliez pas également qu’aujourd’hui, vous pouvez rendre hommage à votre animal à travers un service funéraire dédié aux animaux… On peut également, après avoir amené le corps de son animal chez un vétérinaire, récupérer ses cendres. Le Dr. Cappé recommandait cependant lors d’une interview de ne pas les garder trop longtemps auprès de soi, mais plutôt de les déposer au pied d’un arbre près de chez vous par exemple. Vous pouvez également, dans certains cas, enterrer votre animal dans le jardin. Celui-ci doit faire moins de 40 kilos, et être enterré à au mois 1m20 de profondeur, et 35 mètres de distance des habitations et points d’eau les plus proches.

Reprendre un animal, une solution efficace?

Beaucoup de gens pensent que reprendre un animal rapidement leur fera le plus grand bien. Si certains pensent que c’est une mauvaise idée, le Dr. Frantz Cappé, lui, est plutôt favorable à cette option. Selon le vétérinaire, si vous aimez vraiment les animaux, vous ne supporterez pas très longtemps la solitude ressentie après leur départ. Cependant, il faut impérativement choisir un nouveau compagnon lorsque l’acceptation est en cours, et vous ne devez pas espérer retrouver votre animal disparu dans cette nouvelle boule de poils. Chaque animal est unique, et chaque aventure auprès d’eux sera différente!

Contactez-nous
Appelez-nous au 08 00 90 11 01