Diarrhée chez le chien : régime dans les traitements de longue durée

L'espace de référence pour les vétérinaires #SommesVets

Diarrhée chez le chien : régime dans les traitements de longue durée

La diarrhée étant parfois difficile à gérer chez le chien, une étude clinique destinée à évaluer l'efficacité et l'utilité d'un régime spécifique pour soulager les entéropathies inflammatoires chroniques canines a été menée à l'initiative d'Affinity Petcare.  L'étude consistait à administrer une alimentation hypoallergénique ou une alimentation hautement digeste, enrichie en protéines plasmatiques bioactives, et à évaluer l'effet de ces régimes sur les chiens souffrant d'entéropathie chronique.

Médecine et soins vétérinaires

Matériel et méthodes

77 chiens pour lesquels une entéropathie chronique était suspectée ont été sélectionnés. Le diagnostic d’entéropathie inflammatoire chronique a été confirmé pour 44 individus. En définitive, 37 chiens ont été inclus dans l'étude.

Ces derniers ont été répartis en deux groupes, selon leurs antécédents cliniques : le groupe “hypoallergénique” (HA) et le groupe “gastroentéric”(GE).

Découvrez d'autres façons de contribuer à l'immunité des chiots [Téléchargez le guide gratuitement]

Le groupe HA était constitué de 30 chiens qui n'avaient jamais suivi de régime d'éviction auparavant. Il était prévu que les chiens non répondeurs au régime d éviction intègrent ultérieurement le groupe GE. Le régime hypoallergénique adopté était Advance Veterinary Diets (AVD) Hypoallergenic, une alimentation composée de protéine de soja hydrolysée et purifiée, à faible poids moléculaire, et d'amidon de maïs sans résidus de protéines. Cet aliment est en général utilisé dans le cadre d'un régime d'éviction à des fins diagnostiques et thérapeutiques en cas de suspicion de sensibilité alimentaire.

Le groupe GE était composé de 7 chiens non répondeurs à un régime d'éviction précédemment suivi. Ce groupe a reçu Advance Veterinary Diets (AVD) Gastroenteric Low Fat, une alimentation à base de poulet et de riz, hautement digestible. La source de protéines est adaptée au traitement des affections gastro-intestinales et est complétée par des protéines plasmatiques bioactives. Cette alimentation est indiquée pour les diarrhées chez le chien souffrant de problèmes gastro-intestinaux.

Une endoscopie a été pratiquée sur 12 chiens avant et après le traitement. Les échantillons ont fait l'objet d'un examen histopathologique à l'aide de l'indice validé par l'Association mondiale des vétérinaires d'animaux de compagnie (World Small Animal Veterinary Association, WSAVA). Des échantillons sanguins et de matières fécales de tous les chiens ont également été obtenus.

L'amélioration de l'état de santé des chiens a été évaluée à l'aide de l'indice clinique d'activité de  l'entéropathie chronique chez le chien (Canine Chronic Enteropathy Clinical Activity Index, CCECAI). Cette évaluation comprend les mêmes paramètres que l'index d'activité pour les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (Canine IBD Activity Index, CIBDAI), auxquels s'ajoutent le dosage de l'albumine et la présence de prurit, d'ascite ou d'œdème périphérique.

Résultats concernant la diarrhée chez le chien

Pour un grand nombre de chiens, la situation s'est améliorée grâce à l'un des deux régimes alimentaires (85 %) :

  • Dans 58 % des cas, le simple changement d'alimentation a suffi à faire disparaître les symptômes. Des signes d'amélioration ont également été observés chez 4 autres chiens auxquels des opioïdes et des gastroprotecteurs avaient été administrés à la suite de l'endoscopie et pour d'autres problèmes de santé, portant à 70 % le taux d'amélioration constaté chez les chiens souffrant d'une entéropathie chronique ayant suivi un régime spécifique.
  • Cinq chiens ont reçu un traitement à base de métronidazole pendant deux semaines et ont répondu de manière favorable au régime alimentaire ; ils sont en effet restés asymptomatiques pendant 25 mois en moyenne sans suivre aucun nouveau traitement antibiotique. En tenant compte de ce dernier groupe, le pourcentage de chiens dont l'état de santé s'est amélioré grâce au régime alimentaire atteint 85 %.
  • Sur le plan histopathologique, aucune différence statistiquement significative n'a été établie entre les biopsies duodénales effectuées avant et après le traitement sur les 12 chiens étudiés, bien qu’une tendance à la diminution de l'indice WSAVA ait été constatée à l'issue du traitement.

Découvrez d'autres façons de contribuer à l'immunité des chiots [Téléchargez le guide gratuitement]

Les scores histopathologiques tendent à diminuer suite au traitement. Les différences ne sont toutefois pas significatives dans ce groupe de chiens (p = 0,1121). Les barres noires horizontales illustrent la moyenne et l'erreur type de la moyenne. Les points de couleur indiquent les valeurs individuelles de chaque chien.

Sur le plan clinique, les manifestations ont disparu en l'espace de quelques jours à quelques semaines chez la majorité des chiens. La reprise de poids s'est faite de manière plus hétérogène.

Une diminution des scores de l'indice d'activité CCECAI a été observée à l'issue du traitement dans les deux groupes de régime (HA et GE). Aucune rechute n'a été observée pendant la phase de suivi (8 à 32 mois).

Conclusions

  • La mise en place d'un régime alimentaire adapté peut suffire à traiter les chiens souffrant d'entéropathie chronique.
  • L'indice CCECAI (indicateur de l'activité de la maladie) a montré une amélioration significative à la suite du traitement diététique.
  • Il a été observé que les scores de l'indice WSAVA avaient tendance à diminuer à l'issue du traitement diététique.
  • L'amélioration clinique a été rapide (1 à 12 semaines) dans tous les cas.

New call-to-action

Vous pourriez également être intéressé par cet article sur "Diarrhée chez le chat : causes les plus fréquentes et solutions".

Vets & Clinics

Espace de référence du secteur vétérinaire