Myiase chien : une maladie parasitaire

L'espace de référence pour les vétérinaires #SommesVets

Myiase chez le chien : une maladie parasitaire

La myiase chez le chien est une maladie parasitaire provoquée par une infestation de larves de certaines espèces de mouches appartenant à l'ordre des diptères (mouches arthropodes à deux ailes à l'âge adulte)

Médecine et soins vétérinaires

↓Téléchargez gratuitement ici↓  Arbre décisionnel pour le diagnostic différentiel  de la diarrhée chronique  canine

Les larves sont déposées par la mouche et se nourrissent des tissus morts et des substances corporelles de l'hôte, puis elles produisent à leur tour une enzyme protéolytique qui abîme de manière progressive et sévère le derme de l'animal. La myiase peut survenir chez tous les vertébrés, y compris chez l'homme. Elle est présente dans toutes les régions du monde et sévit principalement pendant les mois les plus humides.

La myiase ne touche que les chiens ayant une plaie ouverte, celle-ci créant une porte d'entrée vers les tissus de la peau. Les mouches pondent leurs œufs dans la blessure pour ensuite donner naissance à des larves. Initialement minuscules, ces larves vont grandir et se nourrir des tissus. À mesure qu'elles pénètrent dans la peau de l'animal, la plaie s'élargit et risque d'attirer d'autres mouches qui pourront à leur tour déposer des œufs. Ces larves sont familièrement nommées « vers » ou « asticots ».

Étiologie

Il s'agit d'une maladie relativement fréquente chez les chiens errants ou chez les chiens dont la plaie n'a pas été traitée de manière adaptée. Les animaux dont une partie du corps est constamment humide, en raison d'un larmoiement, d'une incontinence, de la salivation, entre autres, peuvent également développer des myiases.

Manifestations cliniques de la myiase chez le chien

C'est une affection facile à diagnostiquer car les larves présentes dans une blessure ouverte sont visibles à l'œil nul. Les œufs éclosent dans un délai d'un à trois jours et les larves blanches peuvent rapidement élargir la taille de la plaie. Environ deux semaines plus tard, les larves grandissent et se transforment en asticots ; ceux-ci produisent une enzyme salivaire qui digère la peau du chien et provoque des blessures en profondeur capables de pénétrer le derme, causant dès lors une infection. 

Au cours de ces deux semaines, les larves se développent et envahissent la plaie, qui pourra continuer de croître et s'aggraver. À ce stade, il est possible qu'une infection bactérienne cutanée se produise chez le chien. Une infection sévère peut provoquer un choc septique chez le chien, conséquence des enzymes et toxines produites par les larves. 

Les larves peuvent dans un premier temps contaminer la peau, pour ensuite migrer vers d'autres tissus et organes des voies gastro-intestinales, génito-urinaires, auditives ou ophtalmiques. Elles se nourrissent alors temporairement des tissus vivants ou nécrosés de l'hôte, ainsi que de ses fluides corporels.

myiase chien

Myiase chien :  formes cliniques

On distingue les myiases cutanées, cavitaires, des myiases des plaies et des myiases systémiques.

D'un point de vue clinique, il existe trois catégories de myiases cutanées : la myiase furonculoïde, la myiase rampante ou serpigineuse et la myiase traumatique.  Dans les formes systémiques, même si la zone initialement touchée est la peau, les larves peuvent avoir migré et s'être développées dans les tissus gastriques, intestinaux, rectaux, urinaires, auriculaires ou ophtalmiques.

La lésion se présente comme un abcès ou une piqûre d'insecte ; elle est généralement isolée, se situe dans des zones exposées et occasionne peu de gêne au départ. Il s'agit d'une papule érythémateuse qui se développe lentement et se transforme en pustule ou libère un fluide séro-sanguinolent. Si la larve pénètre plus profondément, des nodules sous-cutanés de 1 à 2 cm peuvent se former et parfois donner lieu à des abcès douloureux. Outre le prurit, le chien peut être pris de douleurs, parfois lancinantes, et percevoir le mouvement des larves. En présence des larves, il est rare d'observer des infections ou des tissus nécrosés qui seront tout au plus de taille limitée. En revanche, il est fréquent que des infections secondaires surviennent une fois que les larves quittent la plaie. Il s'agira par exemple de lymphadénopathies régionales ou d'une lymphangite. Les myiases obligatoires peuvent également se traduire par une éruption rampante ou serpigineuse prenant la forme d'une ligne rouge filiforme, terminée par une vésicule, qui marque le trajet parcouru par la larve sous la peau. La larve se trouve généralement près de la vésicule, entourée de tissu d'apparence saine.

  • Diagnostic : comme nous l'avons évoqué ci-dessus, le diagnostic de la myiase chez le chien est relativement simple étant donné qu'un examen clinique suffit. Lorsqu'une myiase apparaît chez un animal, la plaie s'agrandit progressivement jusqu'à former des lésions en profondeur dues à la perte de tissu. De plus, l'odeur fétide et les sécrétions de couleur sombre qui en émergent ont tendance à attirer davantage de mouches.
  • Diagnostic différentiel : Furonculose pyogène à staphylocoque, abcès, kyste épidermique, cellulite, granulome dû à la rétention de l'appareil buccal d'un arthropode, tungose (ou puce-chique), réaction à un corps étranger, piqûre d'insecte, réactions allergiques, lésions causées par Sarcoptes scabiei, kystes sébacés infectés.

TRAITEMENT

Le traitement de la myiase chez le chien consiste à nettoyer la plaie et à raser la zone affectée (pour éviter que des bactéries ne restent dans la peau et le pelage et que la plaie ne s'infecte à nouveau) ainsi qu'à appliquer différents produits destinés à l'élimination des larves. Il convient d'appliquer de la povidone iodée et de retirer les larves manuellement, à l'aide d'une pince, en évitant de les écraser lors de l'extraction.

↓Téléchargez gratuitement ici↓  Arbre décisionnel pour le diagnostic différentiel  de la diarrhée chronique  canine

Une fois la plaie correctement nettoyée, un antibiotique local devra être appliqué et le reste du pelage devra être traité avec un produit insecticide.

En cas d'affection systémique avec surinfection bactérienne, une antibiothérapie et un traitement d'entretien seront nécessaires.

Plusieurs éléments sont à prendre en compte :

  • Les zones de la peau infestées de vers peuvent être très douloureuses, il faut donc éviter que le chien ne morde à ces endroits.
  • Il est possible d'utiliser des produits sans alcool à base de pyréthrine qui éliminent l'infestation, tout en contrôlant les larves restantes jusqu'à ce qu'elles aient complètement disparu. 
  • Il est important de s'assurer que les antibiotiques topiques ne soient pas toxiques afin d'éviter que le chien n'ingère le médicament.

Comment prévenir l'apparition d'une myiase chez le chien ?

La prévention est la meilleure stratégie car, même si cette maladie est facile à traiter, les blessures provoquées par les vers peuvent s'avérer potentiellement fatales pour l'animal si elles ne sont pas traitées à temps. Il suffira de surveiller les plaies et les zones constamment humides, celles-ci favorisant le développement de la maladie.

Outre les soins d'hygiène de base à prodiguer à l'animal, il faut savoir que certaines conditions climatiques peuvent favoriser l'apparition des myiases, la chaleur et l'humidité de l'environnement ayant tendance à attirer les mouches. Vous pouvez consulter ici les caractéristiques et la composition du Shampoing Atopic Care de Advance. 

New call-to-action

Vets & Clinics

Espace de référence du secteur vétérinaire