Panleucopénie féline : étiologie et pronostic

L'espace de référence pour les vétérinaires #SommesVets

Panleucopénie féline : étiologie et pronostic

La panleucopénie féline est une maladie provoquée par un parvovirus félin très résistant dans l'environnement.

Médecine et soins vétérinaires

Rapport: Obésité et surpoids chez les chats - Comment combattre la maladie

Il s'agit d'un virus à ADN ayant un tropisme particulier pour les cellules dont le rythme de division est élevé, comme celles de l'épithélium intestinal, de la moelle osseuse et des tissus lymphoïdes. Ce virus est très contagieux, notamment de par sa grande résistance dans l'environnement ; il peut en effet survivre jusqu'à un an à l'air libre.

Épidémiologie

Le virus se transmet par voie orale. Une fois introduit dans l'organisme du chat, le virus se réplique dans les ganglions lymphatiques pour entrer ensuite en phase de virémie et contaminer la circulation sanguine.

Si la panleucopénie se produit au cours de la gestation ou touche un nouveau-né, le virus peut entraîner une destruction des cellules du cervelet et provoquer des dommages irréversibles à ce niveau.

La panleucopénie féline atteint généralement les chats non vaccinés de moins d'un an. Le nombre d'infections augmente de manière saisonnière à la fin de l'été et en automne.

Symptômes

Les principaux symptômes de la panleucopénie féline sont les vomissements, la déshydratation sévère, une fièvre allant jusqu'à 40 °C, la dépression, l'anorexie et la diarrhée parfois associée à un méléna ou à un ictère.

En cas de dommages infligés au cervelet à la suite d'une infection précoce, le chat présentera des signes d'ataxie ainsi que des mouvements exagérés et des postures anormales. Étant due à une agression ponctuelle et ne s'agissant pas d'un processus neurodégénératif, l'atteinte neurologique n'évolue pas dans le temps.

Traitement

Bien qu'il n'existe aucun traitement curatif de la panleucopénie, il demeure toutefois vital d'administrer un traitement symptomatique et d'entretien adapté à l'état de l'animal. Le traitement doit être administré de manière précoce et agressive.

Les vomissements, les diarrhées et la fièvre provoquent une déshydratation sévère, c'est pourquoi la fluidothérapie joue un rôle essentiel. En fonction du niveau de déshydratation, il est possible d'administrer du Ringer Lactate enrichi en KCI, y compris par voie intraveineuse.

Il est nécessaire de limiter l'ingestion de solides et de liquides jusqu'à la disparition totale des vomissements. Une fois la phase d'amélioration clinique entamée, la réintroduction des liquides et de l'alimentation molle doit se faire de façon progressive.

Les antiémétiques comme le métoclopramide peuvent être d'une grande utilité dans le contrôle symptomatique des vomissements.

Étant donné la grande contagiosité du virus et sa présence dans les selles et vomissements de l'animal, il est important d'isoler le chat des autres animaux et de prêter une attention particulière aux mesures d'hygiène.

Les vaccins contre la panleucopénie féline disponibles sur le marché sont très efficaces dans la prévention de la maladie, c'est pourquoi il est recommandé de renouveler la vaccination chaque année.

Dans le cas d'une chatte gestante, l'administration d'un vaccin atténué n'est pas indiquée, car il pourrait endommager les cellules du cervelet et provoquer des dommages neurologiques irréversibles et d'importantes séquelles.

Panleucopénie féline : pronostic

Un chat qui guérit de la panleucopénie féline acquiert une immunité à vie. Le pronostic dépend de l'état dans lequel le chat arrive en consultation.

New call-to-action

Vets & Clinics

Espace de référence du secteur vétérinaire