Récapitulatif concernant la technique ponction pleurale et les indications de la thoracocentèse

L'espace de référence pour les vétérinaires #SommesVets

Récapitulatif concernant la technique de ponction pleurale et les indications de la thoracocentèse

La thoracocentèse est une technique de ponction pleurale qui permet de prélever un échantillon de liquide dans la cavité pleurale à des fins diagnostiques, en vue de déterminer la cause et/ou d'atténuer les signes d'un épanchement pleural – une défaillance respiratoire ou un tableau infectieux par exemple – et d'éviter les complications.

Médecine et soins vétérinaires

Rapport: Obésité et surpoids chez les chats - Comment combattre la maladie

Cette procédure consiste à introduire une aiguille ou un cathéter relié à un système d'aspiration ou à un connecteur permettant une aspiration par intermittence, dans l'espace pleural, entre la paroi thoracique et les poumons.

L'épanchement pleural est relativement fréquent chez les chats et les chiens. En général, la dyspnée est le symptôme principal du tableau clinique, bien que l'épanchement pleural puisse parfois être asymptomatique et être découvert de manière fortuite. Chez le chien, il s'agit généralement d'un processus progressif. Au départ, il est possible que les difficultés respiratoires ne surviennent qu'après l'effort, mais à mesure que la maladie progresse, les signes apparaissent même au repos ; l'animal aura par exemple tendance à adopter des positions inhabituelles pour améliorer la ventilation pulmonaire. Chez le chat, les premiers signes peuvent passer inaperçus et il arrive que l'épanchement pleural ne soit identifié que lorsque l'animal présente une dyspnée sévère.

Dans certains cas, la cavité pleurale est remplie d'air, il s'agit alors d'un pneumothorax. La prise en charge est la même que celle de l'épanchement pleural, la technique de ponction pleurale étant à adapter à la situation clinique.

Complications possibles de la thoracocentèse

Parmi les risques associés à cette technique de ponction pleurale figurent :

  • une douleur au point de ponction
  • un pneumothorax
  • un hémothorax
  • des réactions indésirables liées aux anesthésiques locaux
  • une syncope vasovagale
  • une infection cutanée
  • un empyème pleural

Équipement et matériel nécessaires à la technique de ponction pleurale

De nombreux kits pré-conditionnés sont disponibles sur le marché. Vous aurez besoin des éléments suivants :

  • des gants stériles
  • des compresses de gaze, draps et champs opératoires stériles
  • des instruments chirurgicaux de base stériles
  • une solution antiseptique (solution iodée ou chlorhexidine)
  • une solution alcoolique
  • un anesthésique local (dans certains cas, une anesthésie générale de courte durée sera nécessaire)
  • une aiguille papillon ou un cathéter
  • un robinet à trois voies
  • une seringue
  • un tube d'extension
  • des tubes ou flacons stériles pour le recueil des échantillons
  • de l'oxygène
  • Idéalement, le praticien devra être assisté par deux assistants pour maintenir l'animal, aspirer et recueillir le liquide ou l'air.

technique ponction pleurale

Technique de thoracocentèse

Si l'état de l'animal le permet, il peut être utile de pratiquer une radiographie dorsoventrale avant la thoracocentèse ; elle permettra de visualiser l'épanchement pleural ou le pneumothorax et indiquera quel côté aborder en premier. Le site de ponction est déterminé par radiographie, échographie ou, si aucune de ces techniques n'est disponible, au moyen d'un examen clinique et par percussion.

Normalement, la position de l'animal à privilégier est le décubitus sternal ou latéral ; elle doit être confortable et limiter un maximum les problèmes de dyspnée en cours d'intervention. Pour préparer la zone avant l'opération, la peau doit être rasée, nettoyée, désinfectée et recouverte de draps chirurgicaux stériles.

Guide Maladie Articulaire Dégénérative : Téléchargez gratuitement ici

Le patient n'est généralement pas mis sous sédation en raison de ses troubles respiratoires. Il est important de s'assurer que l'animal ne bouge pas lors de l'insertion de l'aiguille ou de la ponction de liquide, car cela pourrait endommager certaines structures internes.  Le trajet qui relie la peau à la plèvre pariétale est anesthésié avec de la lidocaïne à 2 %.

La ponction est généralement effectuée au niveau des articulations chondro-costales entre le 7e et le 9e espace intercostal. La peau est incisée sur une longueur de 1 à 2 cm à l'aide d'un bistouri. L'aiguille ou le cathéter est introduit à la perpendiculaire de la paroi thoracique, en suivant le bord crânial de la côte. Pour recueillir l'air ou le liquide, il convient d'utiliser un robinet à 3 voies, un tube d'extension, une aiguille ou un cathéter de taille adaptée et une seringue.

Si la thoracocentèse est à visée thérapeutique, il sera nécessaire de ponctionner un maximum de liquide pour soulager la dyspnée de l'animal. En revanche, si la technique de ponction pleurale est pratiquée à des fins diagnostiques, seule la quantité de liquide nécessaire à l'analyse biologique sera prélevée.

Lors de l'extraction du liquide pleural, il sera nécessaire de séparer les échantillons prélevés. Une partie des échantillons doit être placée dans des tubes contenant des anticoagulants (tubes EDTA) pour l'analyse cytologique, une autre partie dans des tubes sans anticoagulants pour analyser la coagulabilité du liquide prélevé ainsi que ses propriétés physiques et chimiques, et les autres échantillons sont destinés aux cultures aérobies et anaérobies ainsi qu'à l'antibiogramme.

New call-to-action

Vets & Clinics

Espace de référence du secteur vétérinaire