Les raisons qui se cachent derrière l’abandon d’un animal de compagnie


Les raisons qui se cachent derrière l’abandon d’un animal de compagnie

Cohabitation

De nombreuses personnes profitent de la compagnie d’un animal et il ne leur viendrait même pas à l’esprit de se séparer de leur chat ou de leur chien qu’elles considèrent comme un membre à part entière de la famille. Toutefois, la cohabitation entre les personnes et les animaux n’est pas toujours une réussite et dans certains cas, la relation est un échec : en 2010, 109 000 chiens et 36 000 chats ont été recueillis en Espagne. Si pour un propriétaire la décision d’abandonner un animal de compagnie peut être difficile, pour l’animal, l’abandon est le début d’un chemin très difficile dont la fin heureuse est une adoption dans seulement 45 % des cas pour les chiens et 38 % pour les chats. Les autres animaux devront continuer à vivre dans des refuges où l’atmosphère inconnue, le changement brusque de routine et l’éloignement de leur groupe social peuvent entrainer un stress important.

 

Enquête

Mais, ¿pourquoi autant de chiens et de chats se retrouvent-ils dans des refuges chaque année ? Il est tout à fait légitime de se poser la question, surtout si l’on considère les nombreux bienfaits que les animaux de compagnie apportent au bien-être physique et mental des personnes ainsi que le désir qu’éprouvent de nombreux futurs maîtres à ce que leur chien ou leur chat devienne un fidèle compagnon de vie et un ami. De plus, la réponse à cette question représente la première étape consistant à mettre en place des mesures qui visent à réduire ou éradiquer l’abandon des animaux de compagnie. À cet effet, depuis 1988, la Fondation Affinity réalise régulièrement une enquête qui estime le nombre d’animaux qui sont abandonnés en Espagne et qui analyse le profil des animaux recueillis, des personnes qui les emmènent dans les refuges et des centres qui les accueillent.

 

Motifs

Selon la dernière enquête réalisée en 2010, les principaux motifs d’abandon de chiens et de chats ont été les portées inattendues (14 %), les changements de domicile (13,7 %), les facteurs économiques (13,2 %), la perte d’intérêt pour l’animal (11,2 %) et le comportement problématique des animaux (11 %), tandis que les motifs les moins fréquents sont la fin de la saison de chasse (10,2 %), les allergies de l’un des membres de la famille (7,7 %), la naissance d’un enfant (6,4 %), un séjour à l’hôpital ou le décès du maître (3,5 %), les vacances (2,6 %) ou la peur de contracter la toxoplasmose pendant la grossesse (2,4 %).

 

Incompatibilité

Ces motifs ont tendance à évoluer avec le temps et par rapport aux précédentes enquêtes, les données de 2010 indiquent une augmentation des facteurs économiques et une diminution des motifs liés à la perte d’intérêt, la fin de la saison de chasse et la peur de la toxoplasmose. Toutefois, cette enquête continue de signaler une incompatibilité entre certains propriétaires et certains animaux de compagnie, une méconnaissance de ce qu’implique le fait de vivre avec un animal et dans certains cas, des attentes erronées sur le comportement normal d’un chien ou d’un chat.

 

Sensibilisation

Le problème est loin de pouvoir être éradiqué, mais les campagnes de sensibilisation menées auprès de la population contre l’abandon des animaux commence à avoir des effets. Les personnes qui essaient de choisir l’animal qui correspond le mieux à leur style de vie et qui avant d’adopter consultent des professionnels pour obtenir plus d’informations concrètes sur les implications en termes de temps et d’argent sont toujours plus nombreuses.

 

Conseils

En effet, si vous envisagez d’adopter un animal de compagnie et que vous voulez asseoir les bases d’une relation durable et heureuse, les conseils suivants élaborés par la Fondation Affinity pour lutter contre l’abandon des animaux peuvent vous être utiles :
 

  1. La décision d’avoir un animal doit être prise en famille, en répartissant les différentes tâches et responsabilités entre tous les membres de la famille.

  2. Renseignez-vous et identifiez le type d’animal qui sera le plus adapté à vos besoins, vos goûts, votre style de vie et la taille de votre foyer : un chien, un chat ou un autre animal ; un mâle ou une femelle ; un chiot ou un adulte ; dans le cas des chiens, petit, moyen ou grand gabarit…

  3. Enseignez à l’animal, surtout aux chiens, les ordres basiques de dressage. Ainsi, la cohabitation sera plus facile et vous profiterez beaucoup plus de la compagnie de votre animal.

  4. Demandez conseil à votre vétérinaire sur la stérilisation afin d’être non seulement un maître responsable, mais également un « parent responsable » et éviter ainsi les portées non souhaitées.